Retour aux projets

Si on dansait ?

Culture

Terminé

En 2020 et 2021, la compagnie TAM, soutenue par la Fondation Transdev, a animé des ateliers hebdomadaires de danse avec les patients et les soignants du centre hospitalier de l'Est Francilien à Coulommiers (Seine-et-Marne).

Des premiers pas sous le regard des autres jusqu’aux restitutions publiques à l’occasion d’événements culturels régionaux, les bénéficiaires ont vécu une expérience collective inédite et émancipatrice à la rencontre d’eux-mêmes et du monde.

 

Quelques chiffres…

3h chaque semaine d’ateliers mixant danse, chant et arts plastique

30 Participants à la création chorégraphique

Le projet

Pourquoi ?

Depuis plus de trente ans, à côté des grandes scènes et des circuits professionnels, la compagnie TAM et la chorégraphe Claire Gérald pratiquent une danse qui se nourrit d’échanges et de rencontres avec des publics non avertis. Elles mènent ainsi des projets chorégraphiques avec des jeunes et des adultes dans les établissements scolaires, les centres sociaux ou encore les hôpitaux. C’est dans cet esprit que s’est développé un partenariat avec la ville de Coulommiers et le département de Seine-et-Marne, pour intervenir auprès des patients et des soignants du centre hospitalier rattaché au Grand Hôpital de l’Est Francilien (GHEF). Une façon d’inviter ceux et celles que l’on étiquette comme « malades » à sortir de leur isolement pour découvrir leur territoire et se reconnecter avec la société, en mêlant les projets et les publics

Comment ?

D’octobre 2020 à juillet 2021, deux groupes d’une quinzaine de patients de 18 à 72 ans suivis en d’addictologie et psychiatrie par la Maison d’accueil spécialisée (MAS) et le Centre médico-psychologiques (CMP/CATTP) ont participé à des ateliers hebdomadaires de danse, de chant et d’arts plastiques animés par des artistes professionnels. En cours de projet ils ont été rejoints par un groupe d’habitants « valides » et ont rencontré des salariés du réseau local de Transdev, pour des échanges féconds en découvertes et enrichissements mutuels. Au terme du parcours, la chorégraphie née de ce travail partagé a fait l’objet de restitutions auprès des familles et d’autres patients, suivie de plusieurs représentations publiques.

L’engagement de la fondation

L’aide de 12 000 € apportée par la fondation a servi à rémunérer les intervenants – chorégraphe, scénographe, musicienne, compositeur, vidéaste… – mobilisés par la compagnie TAM sur ce projet qui provoque la rencontre de publics peu habitués se fréquenter, afin de casser les barrières érigées par la maladie et l’institution médicale. Les patients qui se sentent « hors norme », différents, retrouvent une confiance en eux mise à mal par la pathologie, et explorent grâce à la pratique artistique de nouvelles manières d’être avec les autres dans toute leur diversité et leur différence. La danse devient ici un outil pour faire bouger les lignes internes et externes et transformer les freins en leviers de mobilité sociale.

Résultats et impact

Après un démarrage difficile pendant la crise sanitaire, qui a conduit à suspendre les répétitions et renvoyé les patients à leur isolement, les liens se sont renoués et le travail collectif ont pu reprendre avec un enthousiasme redoublé.

Au terme du parcours, pour les participants, les transformations ont été spectaculaires. Ils se sont reconnectés à leur corps, ont retrouvé une mobilité physique, réappris à communiquer sans peur et reprise confiance dans leur capacité d’agir avec les autres. La conviction d’avoir trouvé une « famille » en vivant cette expérience artistique partagée a réactivé le sentiment d’inclusion sociale. Les restitutions publiques en juin-juillet 2021 ont été le point d’orgue de ce processus de reconstruction physique et morale : sur scène dans le cadre du Festival de l’Histoire de l’art au château de Fontainebleau, puis lors du festival « Emmenez-moi » à Nemours et à la Commanderie des Templiers de Coulommiers, ils ont pris véritablement conscience de la valeur de leur travail et de leur existence aux yeux des autres. Les ateliers se poursuivant d’une année sur l’autre, le groupe s’est engagé en 2022 dans un projet encore plus ambitieux : la création d’une œuvre chorégraphique originale qui aura vocation à être diffusée dans les circuits de la danse professionnelle.

Pourquoi la mobilité sociale ?

Claire Gérald, fondatrice et directrice de la Compagnie TAM

« Les patients avec qui nous travaillons sont peut-être hors cadre, mais ils ont tous une façon d’appréhender le monde extrêmement sensible. Cela les rend très inspirants et très touchants. Lorsqu’ils lâchent prise grâce à la danse, ils s’autorisent à être ce qu’ils sont réellement, avec le corps qu’ils ont, sans s’excuser d’être des « malades ». D’habitude ils ont l’impression d’être transparents, là, ils existent au regard des autres. Surtout au moment des restitutions, ils deviennent quelqu’un qui compte. »

Jonathan Brouard, Directeur d’exploitation Transdev Darche-Gros, parrain de la Fondation Transdev

« Je participe aux ateliers de danse depuis plusieurs années. Avec les autres patients, les soignants, les artistes, j’ai trouvé une famille que je n’avais pas chez moi. À partir du moment où vous êtes dans un milieu de malades, on vous rejette de votre vie. Ici ce n’est pas le cas. Quand je danse, je n’ai plus du tout l’impression d’être dans la maladie. Cela m’apporte une joie incroyable et je n’ai plus peur d’aller vers les autres. Tout s’est débloqué. »

Marie-Laurence Simard, bénéficiaire
 

« Outre le soutien de la fondation, plusieurs de nos salariés ont participé aux répétitions et nous avons mis des cars à disposition de la compagnie pour le voyage jusqu’à Fontainebleau. Il y a dans cette relation une vraie réciprocité. Grâce à la danse, les patients arrivent à se reconstruire, à changer le regard qu’ils ont sur eux-mêmes et à avancer. Ça les porte et ça leur apporte énormément. Et nous avançons en même temps qu’eux ! C’est aussi notre regard sur nous-mêmes et sur les autres qui s’en trouvent bouleversé. »

Pour aller plus loin…

Contacter l’association

Compagnie TAM

1 rue Arthur Chaussy

77570 Château-Landon

cl.ge.tam@gmail.com

Sites Internet