Retour aux projets

Il y a une vie professionnelle après la maladie

Emploi

Terminé

À la demande de ses adhérentes, la Maison Rose de Bordeaux a conçu et mis en œuvre un dispositif d’accompagnement inédit pour faciliter l’accès ou le retour à l’emploi des femmes touchées par le cancer.

La maladie est un séisme qui vient souvent bouleverser les trajectoires professionnelles, en créant un avant et un après. Le programme Rose Coaching Emploi prépare les bénéficiaires à reprendre une vie active, en leur donnant les clés nécessaires pour prévenir ou surmonter les difficultés qu’elles vont rencontrer sur ce chemin.

Quelques chiffres…

1/3 touchée par le cancer quitte ou perd son emploi

100% des participants ont ressenti un soutien personnalisé

100 Ateliers collectifs

Le projet

Pourquoi ?

RoseUp est une association d’intérêt général fondée en 2011 par des patients et des proches de patients pour informer, accompagner et défendre les droits des femmes touchées par le cancer, pendant et après la maladie. Dans une logique d’empowerment, elle vise à leur donner toutes les ressources nécessaires pour traverser au mieux cette période difficile. Dans le cadre des Maisons Roses, lieux d’accueil ouverts à Bordeaux (2016) et à Paris (2019), l’association propose ainsi des temps d’écoute, des conseils et des ateliers autour de problématiques vécues par les adhérentes, dont les soins beauté bien être, le sport adapté, la nutrition ou la préparation à la reprise du travail. Grâce notamment au soutien de la Fondation Transdev, la Maison Rose Bordeaux a créé en 2017 le dispositif RoseCoachingEmploi pour mieux répondre aux attentes des femmes confrontées à la précarisation de leur vie sociale et professionnelle. Trois ans plus tard, la fondation l’a aidée à enrichir et pérenniser ce programme axé sur le retour à l’emploi.

Comment ?

RoseCoachingEmploi prend la forme d’un parcours de quatre mois mixant ateliers collectif et suivi individuel, dans lequel un groupe d’une dizaine de femmes est accompagné par des professionnels travaillant en pluridisciplinarité (psychologue du travail, assistantes sociales, coach, art thérapeute, neuropsychologue, socio-esthéticienne, médecin du travail), pour préparer un retour à la vie active dans des conditions optimales. Initialement réservé aux personnes exerçant déjà une activité salariée ou libérale, le dispositif a été ouvert en 2020 aux femmes en recherche d’emploi. Le programme a intégré des modules supplémentaires autour de l’inclusion professionnelle, comprenant des ateliers organisés avec Pôle emploi et Cap emploi, et des journées thématiques « coaching retour à l’emploi » et « envie d’entreprendre ». L’accent y est mis sur les leviers concrets du retour à l’emploi : les formations, la mobilité professionnelle, le CV et la lettre de motivation, l’entretien d’embauche, les statuts non-salariés, etc.

L’engagement de la fondation

La fondation a apporté une subvention de 12 500 € utilisée principalement pour rémunérer les professionnels qui interviennent dans les sessions de coaching. Certaines des femmes accompagnées sont en recherche d’emploi, d’autres ont suspendu leur activité et ont pour projet de reprendre leur poste ou leur métier, d’autres encore ont en reconversion car la maladie agit comme un révélateur conduisant à revoir ses priorités dans la vie. Par-delà la diversité des situations personnelles, le dispositif contribue à identifier et à lever une pluralité de freins à l’accès ou au retour au travail. Il préserve la vie sociale des bénéficiaires et sécurise leurs trajectoires professionnelles. Tout en luttant contre les discriminations à l’encontre des personnes touchées par un cancer, il participe à les armer face à l’épreuve de la maladie.

Résultats et impact

À raison de quatre sessions dans l’année, en 2020-2021, le dispositif a permis d’accompagner 94 adhérentes. L’une des innovations réside dans la réalisation par chaque groupe d’un livret collectif dans lequel les participantes racontent leur session en partageant vécu, conseils et bonnes pratiques.

Le contenu des modules est ensuite affiné en fonction de ces retours. Les restrictions sanitaires dues à la Covid ont conduit à adapter le programme, en proposant des ateliers et des rendez-vous de coaching en visioconférence ou hybrides (une partie à distance, une autre en présentiel). Le parcours a été également consolidé en ajoutant des « soirées de retrouvailles » après et entre les sessions, afin de favoriser l’entraide entre femmes (la « pair-aidance »). Les parcours en présentiel ont pu reprendre en septembre 2021. À l’issue du programme, 93 % des bénéficiaires ont affirmé se sentir mieux armées et outillées et plus de 83 % ont dit appréhender plus sereinement la vie professionnelle avec de nouveaux repères.

Pourquoi la mobilité sociale ?

Jenna Boitard, Directrice de la Maison Rose Bordeaux

« La crise sanitaire a aggravé leur détresse psychologique des femmes déjà fragilisées par la maladie. Elles se sont senties encore plus isolées à un moment de leur vie où elles avaient plus que jamais besoin d’être soutenues. Les ateliers à distance ont permis de garder le lien, et en un sens la Covid a été une opportunité : grâce au numérique, nous avons pu accompagner des femmes qui habitent en dehors de la métropole de Bordeaux et ne se seraient jamais déplacées jusqu’à nos locaux. »

Audrey Guinand, marraine et responsable du Développement commercial Transdev SMS

« J’ai eu à cœur d’encourager l’initiative de la Maison Rose, car elle me touche à double titre. Sur le plan professionnel, l’accompagnement des femmes atteintes de cancer proposé par l’association rejoint l’une des missions de Santé Mobilité Services : le bien-être des patients tout au long de leur parcours de soins et de vie. Et sur le plan personnel, comme beaucoup de gens, j’ai parmi mes proches et mes relations des femmes qui font face à cette maladie. »

Camille Lesage, bénéficiaire

« La maladie isole, pendant le traitement, on est centré sur soi-même. Le coaching m’a aidé à sortir de cette bulle et à affronter le monde tout en continuant à me protéger. La reprise d’emploi n’est pas encore d’actualité pour moi, c’est trop tôt. Mais j’ai repris confiance en moi. Maintenant, j’essaie de mettre mon cancer derrière moi, je suis passée à une autre étape, et c’est grâce à la Maison Rose que j’ai pu franchir ce cap ».

Pour aller plus loin…

Contacter l’association

9 rue de Condé,

33000 Bordeaux

contact.bordeaux@maisonsrose.fr

Sites internet