Appel à projets 2022/2023 de la fondation - Date limite de dépôt des projets : 31/10/2022.

Retour aux projets

Du pain pour sortir du pétrin

Emploi

En cours

En conjuguant à Calais (62) production bio et économie sociale et solidaire, la boulangerie Pain et partage donne leur chance à des jeunes sans emploi

La boulangerie Pain et Partage a vu le jour dans un territoire marqué par un taux de chômage très supérieur à la moyenne nationale. À l’origine du projet : l’association Cide-Lise, une blanchisserie solidaire conventionnée par l’État au titre des ateliers et chantiers d’insertion. L’ouverture de la boulangerie a été l’aboutissement d’une démarche visant à créer un support innovant d’insertion par l’activité économique, afin de proposer une nouvelle voie de professionnalisation à des personnes éloignées de l’emploi, et plus particulièrement à des jeunes sortis de l’école sans diplôme ni qualification.

Quelques chiffres…

40 écoles de Calais approvisionnées

2K de pain distribuer par jour

100% en production bio

Le projet

Pourquoi ?

L’insertion des jeunes en rupture avec l’école passe par la transmission de savoir-faire directement valorisables sur le marché du travail.

Comment ?

Affiliée au réseau des boulangeries solidaires Bou’sol, Pain et partage fait de la production de pain bio et local un tremplin pour l’emploi.

Quel dispositif ?

L’initiative s’intègre en même temps dans un projet plus global d’essaimage de boulangeries solidaires sur l’ensemble du territoire français, coordonné par le réseau associatif Bou’Sol. Une étude action menée en amont avec le soutien de la Ville de Calais et l’État avait montré la viabilité du modèle envisagé, tant sous l’angle des débouchés professionnels – la boulangerie est un secteur d’emploi en tension – qu’en termes de marché – la production de pain bio destiné à des collectivités répond à une vraie demande. L’originalité de Pain et partage réside en effet dans son caractère multidimensionnel. L’accompagnement vers l’emploi des personnes en insertion reste la vocation première du projet. Mais l’objectif est aussi de fournir au plus grand nombre – via des partenariats avec des écoles, des associations caritatives, des entreprises, des établissements de santé, etc. – un pain de qualité, fabriqué avec des méthodes traditionnelles à partir d’ingrédients 100 % bio. A une autre échelle, il s’agit également de participer à la structuration sur le territoire d’une filière « du champ à l’assiette » favorisant les circuits courts et valorisant les ressources agricoles locales. Une fois le projet lancé, l’équipe entend contribuer à la redécouverte de variétés anciennes de blé parfaitement adaptées à leur terroir.

Résultats et impact

Cette boulangerie pas comme les autres, dotée d’une structure et d’une gouvernance coopératives, a ouvert ses portes en septembre 2017 en plein centre-ville de Calais, dans le bâtiment d’un ancien atelier de fabrication de dentelles rénové et mis gracieusement à disposition par la Ville.
Elle employait dès la première année quatre personnes en CDI, dont le chef boulanger, une comptable et deux salariés en insertion, les deux cogérants étant quant à eux bénévoles. La dotation de la Fondation Transdev pris à sa charge l’équivalent d’un an de salaire du chef boulanger. Si des centaines de pains sortent déjà chaque jour des fours ultra modernes pour alimenter les collectivités partenaires, l’outil de production est calibré pour fabriquer jusqu’à 3000 pains quotidiennement. L’association s’est donnée comme objectif à deux ans l’embauche de sept salariés en contrat d’insertion, avec une montée en charge progressive, sachant qu’il lui faut produire environ 300 pains/jour supplémentaires pour créer un nouvel emploi.

Pourquoi la mobilité sociale ?

Anne Lecerf, Directrice de l’association

« Il n’y a pas de chômage dans la boulangerie, un secteur où les entreprises ont les plus grandes difficultés à recruter. S’ils n’ont pas peur de « mettre la main à la pâte », Les jeunes que nous accompagnons sont quasi sûrs de trouver un emploi à l’issue de leur formation. Cette congruence entre les savoir-faire acquis et le marché du travail est l’une des clés de l’insertion. C’est d’autant plus stimulant pour nous, dont le métier consiste à transmettre ces savoir-faire. »

Arnaud Fachau, Bénéficiaire du dispositif

« Après quinze ans sur les routes comme chauffeur routier international, j’ai arrêté lorsque j’ai eu des enfants : je n’étais jamais là, ça n’allait plus ! Alors que j’avais repris des études pour passer le bac – c’était un défi personnel – j’ai eu l’opportunité de rejoindre Pain et partage. La boulangerie, je songe de plus en plus à en faire mon métier. C’est un monde d’une richesse incroyable où il me reste tout à découvrir. »

Florent Favier, Directeur-adjoint, STCE Calais

« Pain et partage associe un projet social tourné vers l’emploi, une gouvernance coopérative et une forte ambition environnementale, le tout dans un cadre entrepreneurial solide et bien pensé :  comment ne pas y voir un modèle économique pour le développement durable de notre territoire ? Et le pain, quel beau symbole du partage et de la solidarité ! »

Pour aller plus loin…

Pain et partage

95 rue des Salines
62100 CALAIS
cide.lise@free.fr